Appel à communications – français

Le multilinguisme en traduction

(monde anglophone, du 16e siècle à nos jours)

Université Paris Nanterre, 30-31 mars 2023 & Université de Lille, février/mars 2024

En quelque 500 ans, l’anglais est passé du statut de langue marginale à peine parlée en dehors des confins de l’Angleterre à celui de lingua franca mondiale qui compte des locuteurs, natifs et non natifs, partout dans le monde. Cette expansion a créé des situations de multilinguisme à la fois dans les pays où l’anglais est la langue officielle et ailleurs : d’une part, nombreux sont les locuteurs qui parlent régulièrement l’anglais sans êtres natifs ; d’autre part, l’anglais est entré en contact avec d’autres langues au cours de processus de colonisation, d’immigration et de mondialisation. Ces processus, enclenchés au seizième siècle, ont élargi la zone de contact de l’anglais et redéfini ses rapports avec les langues classiques de la communication humaniste aussi bien qu’avec les langues modernes européennes (dont certaines ont également développé des variétés en dehors de l’Europe). La littérature et les arts de la parole, que ce soit pour donner une description réaliste du monde ou pour expérimenter avec la langue et la forme, ont reflété et développé, mais aussi contribué à influencer ces pratiques plurilingues.
Pour ne donner que quelques exemples, des dramaturges de la première modernité comme Shakespeare ou Dryden ont pu insérer dans leurs pièces des mots ou des portions de dialogue dans les langues étrangères à la mode (principalement le français et l’italien); Sterne fait de même en intégrant de longs extraits en latin et en français à son Tristram Shandy; le choix des épigraphes en tête de chapitre dans Middlemarch signale les compétences plurilingues de George Eliot; les pratiques traductives d’auteurs émigrés comme Nabokov ou Beckett reposent sur leurs expériences plurilingues, tout comme les choix d’auto-traduction entre anglais et français de Nancy Huston. Dans des contextes multilingues, des auteurs écrivant en anglais comme (pour n’en citer que quelques-uns) Derek Walcott, Chimamanda Ngozi Adichie ou encore Salman Rushdie ont recours à des formes de mélange ou d’alternance linguistique. Le multilinguisme permet d’explorer de nouvelles pistes chez des poètes britanniques contemporains comme Steve Ely, dont le concept de xénoglossie incorpore des mots étrangers, du vieil anglais et des dialectismes.
Les évolutions dans le statut de l’anglais comme langue de communication dans la vie quotidienne et dans les productions artistiques s’accompagnent d’évolutions dans les techniques et stratégies de traduction: la traduction vers l’anglais est devenue un moyen nécessaire à la communication à l’échelle mondiale et la traduction à partir de l’anglais s’adresse à des publics aux compétences linguistiques et culturelles variées. Ce phénomène est particulièrement sensible dans les traductions (doublage ou sous-titrage) de films et séries télévisées contemporains qui mettent au premier plan des situations multilingues (et multiculturelles), comme Jane the Virgin, Unorthodox, Generations, ou encore Derry Girls. Certains genres cinématographiques et séries représentent des existences plurilingues (parfois diglossiques), comme celles des gangsters italo- ou hispano-américains (The Godfather, Breaking Bad), mais également celles des personnages des films Bollywood, et mettent en scène des rencontres multilingues (on pense aux personnages hispanophones ou francophones, ou encore aux populations autochtones d’Amérique, dans les westerns).
Pour des artistes contemporains comme Caroline Bergvall, dont l’installation et le recueil de poèmes Meddle English rassemblent l’anglais, le français et le moyen anglais, le multilinguisme s’accompagne d’une réflexion multimediale. Le théâtre (The Forbidden Zone de Katie Mitchell, Tous des Oiseaux de Wajdi Mouawad) s’appuie également sur le multilinguisme pour proposer de nouveaux modes de représentation expérimentale sur scène.
Plus généralement, les représentations traditionnellement associées à l’utilisation de la langue et aux productions culturelles mobilisant la traduction, telles que l’opposition « étranger/natif » ou « cible/source », nécessitent une redéfinition. De même le concept d’emprunt linguistique doit-il être repensé si l’on aborde l’anglais comme une langue elle-même multilingue, qui s’est développée par l’assimilation de mots et structures d’origine saxonne, mais aussi latine et romane – ainsi qu’en avaient déjà conscience les lexicographes (et les traducteurs) de la Renaissance.
Cette conférence en deux volets accueillera des approches tant synchroniques que diachroniques de la question de l’interaction entre multilinguisme et traduction. Le corpus, qui inclura l’anglais comme langue source ou comme langue cible et au moins une autre langue, sera constitué d’œuvres littéraires, des arts du spectacle et de productions audiovisuelles, du XVIe siècle à nos jours. Le multilinguisme sera défini au sens large de coprésence de plusieurs langues dans une même œuvre, incluant ainsi des concepts tels que l’hétérolinguisme, et des phénomènes tels que l’alternance codique et les multiethnolectes. Les communications dont la méthodologie se situera au croisement de la linguistique, des études littéraires et / ou cinématographiques et de la traductologie seront particulièrement appréciées.

Liste non restrictive d’axes d’études :

  • les stratégies de traduction qui traitent des sources multilingues, ou à l’inverse qui transforment des sources monolingues en œuvres traduites multilingues
  • les éditions de textes avec leur(s) traduction(s)
  • les cas où la langue cible figure également dans le texte source
  • la comparaison des stratégies de traduction dans diverses langues cibles pour des sources anglaises
  • la restitution de spécificités phonétiques dans les textes et les représentations scéniques
  • la traduction de commentaires et éléments métadiscursifs en contexte multilingue
  • le multilinguisme et les formes de traduction intersémiotique / contrapuntique / prismatique
  • les questions spécifiques soulevées par le doublage et le sous-titrage
  • les technologies développées/adaptées pour faciliter la traduction de textes multilingues.

Le premier volet du colloque se déroulera à l’Université Paris Nanterre (30-31 mars 2023), et portera plus spécifiquement sur les œuvres littéraires imprimées (et les enjeux liés à la traduction et à l’édition de textes multilingues) du XVIe siècle à nos jours. Conférencier invité: Dirk Delabastita (Université de Namur).
Le deuxième volet se déroulera à l’Université de Lille (février/mars 2024), et portera plus particulièrement sur les arts de la scène, les films et les séries télévisées (avec un accent sur les défis posés aux traducteurs par les effets sonores dépendants du multilinguisme). Conférencière invitée: Charlotte Bosseaux (The University of Edinburgh).

Comité scientifique.

Les propositions de communication (300 mots) pour l’un ou l’autre des deux volets, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer, en français ou en anglais, à Laetitia Sansonetti (l.sansonetti@parisnanterre.fr), Julie Loison-Charles (julie.charles@univ-lille.fr) et Claire Hélie (claire.helie@univ-lille.fr) d’ici le 1er juin 2022.